Voir aussi: Les grandes lignes, Le personnel de direction, L'évolution du nom du campus et L'histoire de campus vue par le journal Le Madawaska

Chronologie de l'histoire du campus

Edmundston de l'Université de Moncton

1941

7 août : Les délégués de l'Assomption forment un comité spécial pour étudier la question d'un collège classique dans la région et ensuite la soumettre aux autorités religieuses concernées.


1943
28 novembre : Mgr Camille LeBlanc, évêque de Bathurst, accorde la permission de fonder un Collège classique au Madawaska.


1944

26 janvier : Les Révérends Pères Eudistes sont invités par Mgr Camille LeBlanc à construire un collège au Madawaska. Ce collège portera le nom de collège Saint-Louis.


1946

21 avril : Dans un mandement spécial au clergé et aux fidèles de son diocèse, Mgr Marie-Antoine Roy, évêque du nouveau diocèse d'Edmundston, annonce de façon officielle la venue des Eudistes à Edmundston. Ils auront la direction d'un collège classique et d'une maison de retraites fermées. Ces deux nouvelles fondations diocésaines seront logées dans les baraques de l'ancien camp militaire d'Edmundston.

___ juin : Nomination du R. Père Simon Larouche au poste de supérieur du Collège

22 juin : Premier examen d'admission

16 juillet : Le Conseil de ville vend, à la communauté des Pères Eudistes, une partie des terrains devant servir à l'aménagement d'un aéroport, mais jugés peu propice à un tel projet. En retour, les Eudistes cèdent à la ville une option d'achat de dix ans sur les terrains de l'ancien camp militaire.

1er septembre : Bénédiction solennelle des édifices temporaires du Collège Saint-Louis et de la maison de Retraites fermées, par Mgr M. A. Roy

10 septembre : Ouverture du Collège


1947

2 avril : Le Collège Saint-Louis est incorporé par la Législature avec le pouvoir d'émettre des diplômes universitaires. La nouvelle corporation est en outre autorisée à faire un emprunt de 800 000$ pour fins de construction d'un collège.

9 septembre : Début des cours. Cent soixante-huit élèves, dont 35 internes, sont présents. Le Collège comprend une classe préparatoire ou éléments français, deux classes d'éléments latins et deux classes de syntaxe.

1948

Mai : Début de la construction de l'édifice du Collège Saint-Louis dont les plans et devis ont été préparés par Edgar Courchesne, un architecte de Montréal.

16 septembre : Début des cours et accueil des premiers pensionnaires. Cent quatre-vingt élèves, dont 55 pensionnaires sont inscrits. Le personnel enseignant comprend neuf Eudistes et quatre laïcs.

Décembre : La direction du Collège est en présence d'une situation financière difficile, due au coût très élevé de la construction. On invite les amis de l'institution à l'appuyer financièrement. Un comité, présidé par le Dr P. C. Laporte, met en circulation des billets sur une maison de 12 000$ ou sa valeur en argent. De plus, l'autorité du Collège décide d'inscrire sur un tableau d'honneur, qui sera exposé à perpétuité au parloir de l'institution, les noms des bienfaiteurs qui auront versé la somme de 500$ et plus.


1949

13 janvier : Lancement officiel de la grande campagne nationale en faveur du Collège Saint-Louis lors d'un dîner d'organisation tenu à l'hôtel "New Royal" et présidé par Mgr Conway, v. c. du diocèse. On prévoit que le coût du Collège atteindra le million de dollars.

26 avril : Un grand ralliement soulignant le lancement officiel de la campagne est tenu sous le distingué patronage de Mgr Roméo-J. Gagnon, évêque du diocèse d'Edmundston. L'objectif est de 300 000$ pour le diocèse. René Chaloult, député indépendant à la Législature de Québec, participe à cet événement.


7 au 13 août : Visite de tous les foyers catholiques du diocèse afin de solliciter des dons pour le Collège. Aussi, on fait une grande campagne de propagande par la prédication, la presse et la radio.


22 septembre : Le Collège Saint-Louis s'installe dans ses nouveaux locaux et accueille 280 élèves. Le début des cours s'ajoute au parachèvement de l'institution puisqu'on ne veut pas retarder la rentrée collégiale.

Septembre : Ouverture d'un programme de baccalauréat les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, en collaboration avec le Collège Saint-Louis. Soeur Marie-Rhéa Larose dirige l'institution.

3 novembre : L'inauguration du Collège envisagée pour le 20 novembre est remise au printemps. On suspend les travaux de parachèvement, en raison d'une situation financière précaire.


1950

Mai : Le Conseil général des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph autorise la fondation à St-Basile, d'un collège classique pour les jeunes filles. Il portera le nom de Collège Maillet. Depuis un an déjà, le nouveau Collège fonctionne à l'état d'essai en collaboration avec le Collège Saint-Louis. Il lui sera affilié dès son ouverture.

Juin : La fin de l'année au Collège Saint-Louis est marquée, pour la première fois de son histoire, par une collation de diplômes d'Immatriculation. Deux cent quatre-vingt-treize élèves ont fréquenté le Collège durant l'année académique 1949-50.

Septembre : Inauguration officielle du Collège Maillet.

6 septembre : Pour la deuxième fois, le nouvel édifice du Collège ouvre ses portes à ses élèves. Cette année, 354 étudiants fréquentent la maison.

22 octobre : Bénédiction solennelle du Collège par Mgr J. Roméo Gagnon.



1951

Décembre : Annonce d'un projet d'agrandissement au Collège Saint-Louis. Un nouveau dortoir et trois nouvelles classes font partie de ce programme.

5 septembre : Début de la nouvelle année collégiale. Quatre cent six élèves sont inscrits. Une classe de Philosophie est ajoutée au cours classique et une deuxième année est ajoutée au cours commercial.


18 au 22 octobre : Clôture officielle de la campagne de financement et tirage d'une maison de 12 000$ ou de sa valeur en argent. Cette grande campagne de souscription a remporté 200 236,91$.

Novembre : Fondation du Club Saint-Louis pour venir en aide financièrement au Collège. Le recrutement des membres débute le 21 novembre. Pour faire partie de cet organisme, il suffit d'acheter une carte de membre au prix de 1$ qui donne droit d'être élu à l'une des charges d'officier du Club.


1952

Juin: Nomination du R. P. Robert Bernier, c.j.m., au poste de supérieur du Collège.


1953

Février : Le R. P. Robert Bernier, recteur du Collège Saint-Louis, annonce que cette jeune institution vient d'amplifier un service d'ordre social d'agriculture pour répondre à la demande de la population agricole et rurale ainsi qu'aux besoins actuels des temps.

4 juin : Première cérémonie de collation des diplômes sous la direction de Mgr J. Roméo Gagnon.


Juin : Annonce de la création d'un Centre d'Orientation à Saint-Louis. Ce service sera assuré par Marcel Sormany.


1954

24 janvier : Première d'une série de bingo au profit du Collège.

12 avril : Le Collège Saint-Louis prend le nom d'Université Saint-Louis.

Septembre : Début d'une nouvelle année collégiale. L'inscription se chiffre à 409 élèves.


1955

20 février : Grand souper et concert au profit de l'Université. Plus de 1 000 personnes y participent

6 novembre : Soirée d'aide au profit de l'Université. Plus de 2 500 personnes sont présentent pour cet événement.


1956

18 novembre : Gigantesque bingo marquant le 10e anniversaire de l'Université.

Novembre : Lancement de la première campagne de Prêts Etudiants Artisans.


1957

6 septembre : Début de la douzième année universitaire. Plus de 400 jeunes gens sont inscrits pour le terme 1957-58. La faculté se compose de cinq Laïcs et de 25 prêtres.

15 au 27 octobre : L'Université ferme ses portes à cause d'une épidémie de grippe.


1958

Juin : Nomination du R. P. Henri Cormier au poste de recteur de l'Université.

14 décembre : Fondation du "Club 200". Lors d'une réunion, les amis de l'Université Saint-Louis décident de fonder cet organisme dans le but d'apporter une aide financière à l'Université. Le Dr Claude Gaudreau est nommé le premier président.


1959

Avril : Octroi de contrats à des entrepreneurs locaux pour les travaux de construction d'une nouvelle salle de lecture, de nouvelles chambres ainsi que d'une bibliothèque.

26 avril : Premier d'une série de soupers du Club 200. Pour l'occasion, un tirage de prix, une visite de l'Université, une messe, un souper et un spectacle de la chorale sont au menu.

Mai : Le Conseil Canadien des Arts octroie un montant de 23 000$ destiné à aider les travaux de réfection devant débuter le 8 juin.

29 mai : Première présentation d'une thèse pour un Doctorat en Musique.




1960

Juin : Nomination du R. P. Francis Bourque au poste de recteur de l'Université.

Juillet : Inauguration de la première session de cours d'été. On y offre des cours conduisant au Certificat 1 et des cours destinés aux instituteurs et institutrices détenant un brevet d'enseignement de 2e et 3e classe.


1961

Juin : Le Conseil des Arts accorde une subvention de 75 700$ à l'Université pour la construction d'une salle académique (théâtre) qui formera une nouvelle aile de l'édifice actuel. On prévoit aussi des transformations aux classes. L'ensemble de ces travaux est de l'ordre de 180 000$.

21 octobre : Assemblée conjointe de l'Exécutif du Club 200 et du Conseil de l'Université afin de discuter de l'ouverture des soumissions et de l'attribution du contrat de construction de la future annexe de l'Université, comprenant une salle académique et une chapelle.

Octobre : Annonce de dons totalisant 7 000$ pour la nouvelle construction à l'Université.

Décembre : Présentation d'un mémoire à la Commission Deutsch, une commission royale d'enquête sur l'enseignement supérieur au Nouveau-Brunswick.


1962

Ouverture de la nouvelle aile de l'université : l'annexe chapelle et gymnase. Les travaux ont été fiancés à 75% par le Club 200.

Début des cours de nursing .

Lancement des travaux de construction de l'édifice du Collège Maillet.

Août : La Commission Deutsch recommande une université française au Nouveau-Brunswick. Elle serait située à Moncton et les Universités St-Joseph, du Sacré-Coeur et St-Louis lui seraient affiliées.


1963

Ouverture du nouvel édifice du Collège Maillet.

19 juin : A la suite de la création de l'Université de Moncton, l'Université Saint-Louis lui devient affilié et reprend son ancien nom, Collège Saint-Louis.

24 novembre : Lancement de la campagne des Amicalistes en faveur du Collège Maillet. On veut ramasser 50 000$ en deux ans afin de contribuer au financement de la bibliothèque de l'Académie et du Collège.


1964

Mai: Annonce de l'obtention d'une subvention de 15 153$ du Conseil des Arts du Canada dont 9 000$ serviront à la construction d'une salle académique et 6 153$ à l'aménagement d'une salle de conférence en six salles de cours.


1965

Intérim de Soeur Véronique Godbout à la direction du Collège Maillet. Agrandissement du Collège (ajout d'un troisième étage).

Septembre : La nouvelle année universitaire se fait sous la direction du R. P. Louis Cyr, c.j.m., nouveau supérieur du Collège St-Louis.

27 novembre : Réunion du Club 200 où l'on fait part des nouveaux projets pour le Collège Saint-Louis, soit la construction d'une résidence pour les étudiants et l'aménagement de laboratoires ainsi que d'une bibliothèque.

1966

Nomination de Soeur Anne-Marie Savoie à la tête du Collège Maillet. Fin du programme de nursing à Maillet.

1967

11 septembre : Les Collèges Saint-Louis et Maillet accueillent 566 élèves.

29 novembre : Présentation, par le recteur, de l'état des constructions au Collège Saint-Loui à l'exécutif du Club 200. Il les informe que la construction de la maison des étudiants qui accueillira 160 élèves représente un coût de 702 369$. Cet immeuble est construit grâce à un prêt de la Centrale d'Hypothèque et de Logement. Il devra s'auto-financer puisqu'aucun subside n'est alloué pour cet édifice. Aussi, il précise que l'édifice sciences-bibliothèque est estimé à 737 450$, l'ameublement immédiat à 100 000$ et l'ameublement future à 88 000$, soit un total d'environ 925 450$. Enfin, le contrat du tapis représentera environ 75 000$. Le gouvernement provincial contribue 300 000$ en subvention dans ce projet.



1968

9 septembre : Début de l'année universitaire. Cent trente-deux élèves sont inscrits à Maillet et 455 à Saint-Louis. Pour la première fois, des filles sont admises à titre d'externes au Collège Saint-Louis.

25 octobre : Inauguration des nouveaux édifices du Collège St-Louis, soit la maison des étudiants ainsi que l'édifice sciences-bibliothèque.


1969

20 avril : Lors de la journée annuelle du Club 200, les membres du Conseil d'administration annoncent qu'une somme de 50 000$ sera offerte au Collège pour l'achat de livres et qu'un montant de 25 000$ sera versé sur la dette de 125 000$, consentie pour la construction des nouveaux édifices.


1970

3 janvier : Un groupe d'élèves des Collèges Saint-Louis et Maillet accueillent les membres de la Commission de Planification Académique de l'Université de Moncton, en brandissant des parcartes qui contestent les mesures visant à réduire les collèges affiliés et à faire disparaître les collèges annexés.

4 avril : Présentation de plusieurs mémoires aux audiences de la Commission de Planification Académique de l'Université de Moncton tenus à l'amphithéâtre du pavillon des sciences.

16 mai: Fondation de l'Association des Anciens de Saint-Louis.

4 octobre : Lors d'un congrès tenu à l'Ecole Supérieure Cormier, le Premier Ministre Robichaud nie les rumeurs prédisant la fermeture du Collège Saint-Louis.




1971

12 avril : Ouverture officielle d'une gallerie d'art sur le campus, la Galerie Colline.

28 novembre : A la suite de la décision des Pères Eudistes d'abandonner l'administration du Collège dû à un manque de fonds et de ressources humaines ainsi que pour se soumettre aux recommandations du rapport Lafrenière, le Club 200 décide de poursuivre son oeuvre et d'entreprendre une campagne d'information.

1971

Septembre: Rentrée universitaire. Saint-Louis accueille 438 élèves.

25 septembre : Réunion pédagogique tenue à l'Université de Moncton au cours de laquelle le directeur, Me Adélard Savoie présente le rapport de la Commission d'étude sur l'enseignement supérieur francophone. Le rapport Lafrenière recommande une réduction à seulement deux ans de cours à Saint-Louis et la fermeture du Collège Maillet de Saint-Basile.

Octobre : Formation d'un comité d'étude afin d'analyser les implications du rapport de la Commission de planification académique de l'Université de Moncton sur l'orientation future du Collège Saint-Louis.

4 au 7 novembre : Journées de célébration du 25e anniversaire de la fondation du Collège.


1972

Fusion des Collèges Saint-Louis et Maillet.

24 janvier : Les internes passent une nuit blanche à l'extérieur de l'institution afin de manifester leur mécontentement et d'exiger des négociations avec l'administration. Une entente est conclue entre les deux parties deux jours plus tard.

2 juin : A la suite d'une requête du Collège Saint-Louis-Maillet, le sénat de l'Université de Moncton lui accorde l'autorisation de dispenser l'enseignement de la première année universitaire en sciences et en commerce.

21 juillet : Nomination de Marcel Sormany au titre de nouveau recteur du Collège. Il est le premier Laïc à assurer un tel poste dans la région.

18 octobre : Le Collège soumet au Secrétariat d'Etat une demande de subvention en faveur d'un Conseil des activités culturelles dans la région d'Edmundston. La demande vise un double but: soustraire le financement des activités culturelles du budget de Saint-Louis-Maillet et remettre entre les mains de citoyens intéressés la responsabilités de maintenir et de diffuser la culture dans le milieu, avec l'appui financier des gouvernements.

Décembre : Présentation du nouveau conseil du Collège ainsi que des différents comités rattachés à l'institution.


1973

Février : Attribution des premières bourses du Club 200 à dix étudiants du Collège Saint-Louis-Maillet.

Mai: Nomination de Soeur Anne-Marie Savoie, r.h.s.j., au poste de responsable des projets particuliers.

Septembre : Création de l'École de formation infirmière selon les recommandations du rapport du Comité d'étude sur l'enseignement infirmier, présidé par le juge Chaiker Abbis. On préconise l'éducation infirmière dans des institutions autonomes et séparées des hôpitaux. Lors de son ouverture, l'École accueille quarante étudiantes infirmières. De plus, Saint-Louis-Maillet enregistre une hausse des inscriptions alors que partout dans la province, on subit une baisse appréciable du nombre d'étudiants dans les institutions post-secondaires.


1974

30 octobre : Nomination de Soeur Marjorie Tanaka au poste d'animateur musical résident, à la suite de l'obtention d'une subvention de 6 000$ accordée par le Conseil des Arts du Canada.


28 novembre : Table ronde sur le rôle du Collège dans le milieu. Ce séminaire introspectif a pour thème "Le Collège Saint-Louis-Maillet joue-t-il bien son rôle dans le milieu?"


1975

Mars : Une foule de plus de 150 personnes assiste à la dernière de la série d'audiences du comité Lebel sur l'organisation de l'enseignement supérieur francophone au Nouveau-Brunswick. On s'inquiète sur l'avenir incertain de Saint-Louis-Maillet.

---: Message de Marcel Sormany afin de rassurer la population. Selon lui, le Collège veut prendre un nouvel essor.

2 avril : Réunion des représentants de la ville, du Conseil scolaire et du Collège afin de discuter d'un protocole d'entente qui permettrait un échange réciproque des facilités de sports et de loisirs dont ils disposent.

17 mai : Emission du rapport final du comité Lebel. Il maintient qu'il est nécessaire de continuer à n'avoir qu'une seule université de langue française au Nouveau-Brunswick. Mais les structures actuelles, selon lesquelles les francophones ont à leur disposition une université à Moncton et des collèges affiliés au Nord, ne permettent ni l'unité voulue ni l'enracinement désirable, dans chacune des trois régions francophones. Ainsi, une nouvelle université doit être formée, une nouvelle entité légale regroupant trois campus égaux.

Juin : L'Association générale des étudiants du Collège Saint-Louis appuie les principes généraux émis dans le rapport du Comité Lebel sur la restructuration de l'enseignement supérieur francophone et demande d'aller plus loin que les recommandations émises dans le rapport.

27 juin : Le Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton se prononce catégoriquement opposé aux changements de structures proposés par le rapport Lebel et en faveur plutôt d'une intégration totale des collèges d'Edmundston et de Shippagan à l'Université de Moncton.

17 décembre : Signature de l'entente par les représentants de l'Université de Moncton et des collèges de Shippagan et d'Edmundston, à Fredericton.


1976

5 janvier : Le Conseil d'administration de Saint-Louis-Maillet ratifie l'entente à l'unanimité.

10 janvier : En réunion, le Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton recommande de retenir les services d'un conseiller juridique représentant chacune des trois institutions dans le but de préparer des documents relatifs aux amendements à apporter à la charte de l'Université et aux changements à effectuer aux statuts et aux règlements.

12 janvier : Création, par le Conseil d'administration de l'Association des anciens et anciennes, d'un comité chargé d'étudier l'entente.

5 février : Réunion à Moncton des recteurs des trois institutions et de leurs avocats, dans le but de préparer les amendements à la charte de l'Université.

21 février : Les professeurs du Collège tiennent une journée d'étude afin d'analyser attentivement les implications de l'implantation de la nouvelle université.

9 mars : Réunion d'urgence tenue dans la nuit du lundi au mardi lors de laquelle la Massue déclare que Saint-Louis-Maillet ne doit pas être assimilé par Moncton. Ceux-ci considèrent que le Conseil d'administration du Collège prend rapidement des décisions avant de connaître tous les faits et implications et se trouve ensuite obligé de revenir sur leurs décisions.

17 mars : Le président du Conseil d'administration, le Dr Claude Gaudreau confirme que Moncton reste en conflit avec le Nord au sujet de l'université francophone.

Mai : L'Association générale des étudiants de Saint-Louis-Maillet considère le rapport Arsenault comme une insulte à la population étudiante et réclame une révision complète du programme d'aide aux étudiants.

23 juin : Réunion de l'exécutif du Club 200 au cours de laquelle un montant de 3 300$ est alloué pour des bourses à 20 étudiants. Il est également décidé de donner 10 000$ à la bibliothèque pour l'achat de nouveaux livres et d'accorder 5 000$ au Collège afin de maintenir son niveau académique ainsi que pour développer de nouveaux cours.

Août : L'orientation de la Commission de l'Enseignement supérieur des Maritimes est remise en question par les professeurs universitaires.

8 septembre : Légère diminution des inscriptions qui sont de 453 élèves comparativement à 460, l'an dernier.

5 octobre : Eymard G. Corbin annonce l'octroi d'une subvention de 375 000$ pour la construction du musée régional - galerie d'art. Le Collège Saint-Louis-Maillet s'engage à fournir un terrain pour la nouvelle construction.

31 octobre : Réunion annuelle du Club 200. L'organisme prend des nouvelles orientations, à la suite de l'implantation des nouvelles structures de l'université francophone. Désormais, les priorités du Club seront l'aide aux étudiants et les activités socio-culturelles.

9 novembre : Manifestation d'envergure nationale afin de sensibiliser la population aux problèmes des étudiants. Le Conseil des étudiants de Saint-Louis-Maillet préconisent l'abolition de la scolarité.

Décembre : Le président du Conseil du Trésor, l'honorable Jean-Maurice Simard annonce officiellement que la province paiera la dette du Collège.


1977

6 mars : Manifestation des étudiants devant le Wandlyn où se tient la réunion du Conseil des premiers ministres des Maritimes. On demande que les Acadiens aient le contrôle sur leur éducation et une dualité totale en plus d'exiger la gratuité des cours universitaires.

16 mars : Dans une lettre envoyée à l'Assemblée législative, les étudiants du Collège réclament le déploiement de deux drapeaux sur tous les édifices publics de la province, soit celui du Nouveau-Brunswick et celui de l'Acadie.

Avril: Les associations de professeurs d'Edmundston et de Shippagan réclament un nouveau nom pour l'Université.

Juin : Le président du Club 200, Bernard Valcourt lance l'idée que le Pavillon Maillet pourrait avantageusement accueillir la Faculté de Droit française plutôt que de l'établir à l'Université de Moncton. De plus, le recteur, Marcel Sormany, déplore les paroles prononcées par le Père Clément Cormier et Victor Ross lors des célébrations du 15e anniversaire de l'Université de Moncton.

25 juillet : Levée de la première pelletée de terre au Musée.

Août : La Galerie Colline reçoit une subvention de 2 100$ du Secrétariat d'État afin de financer ses expositions.

1979

9 janvier : Décès de Marie-Rhéa Larose, fondatrice du Collège Maillet de Saint-Basile.


1980

Avril : Rencontre des étudiants avec les administrateurs du Centre. Ils leur présentent 19 recommandations dont la plus importante consiste en la construction d'un centre pour les étudiants.

1er juillet : Fermeture du Pavillon Maillet. Tous les effectifs sont rapatriés au Pavillon Saint-Louis.

Juillet : Des étudiants de tous les coins du pays assistent à une session en enseignement personnalisé offerte au Centre universitaire. Cette session est destinée aux enseignants de l'élémentaire premier et deuxième cycle. Elle se déroule en collaboration avec l'Association internationale pour la recherche et l'animation pédagogique, dont le siège social est à Paris.

Octobre : Saint-Louis-Maillet dédie son pavillon principal au Père Simon Larouche.

Novembre : Normand Carrier assume les fonctions de vice-recteur par intérim.

13 novembre : Présentation de la nouvelle structure, proposée par le recteur Gilbert Finn, qui devrait léguer plus de pouvoirs aux recteurs-adjoints.

13 décembre : Le Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton approuve le projet de restructuration administrative et les axes possibles de développement des trois campus.


1981

Février : Le Centre universitaire, l'Association des professeurs et l'Association générale des étudiants s'unissent pour offrir une contribution de 1 000$ au Centre d'interprétation scientifique du Témiscouata.

Avril : Annonce d'une hausse de 155$ des frais de scolarité. L'Association générale des étudiants avise les gouverneurs qu'elle s'oppose à cette hausse.

5 octobre : Signature du projet de convention collective régissant les conditions de travail des professeurs et bibliothécaires du Centre.

6 octobre : Lancement d'une campagne financière par l'Université de Moncton afin de recueillir près de 7 millions de dollars qui serviront à améliorer la qualité de l'éducation.

Décembre : Attribution à Saint-Louis-Maillet, d'une subvention de 15 000$ du ministère de l'Énergie, des Mines et des Ressources pour aider à financer l'installation d'une fournaise alimentée aux sciures de bois.


1982

Mars : Le Sénat académique de l'Université de Moncton accepte la création d'un programme de cinq ans conduisant à un baccalauréat en Sciences forestières. La Commission de l'enseignement supérieur approuve le programme. Saint-Louis-Maillet devrait offrir les deux premières années de ce baccalauréat.

Avril : Les étudiants de Saint-Louis-Maillet font parvenir une pétition au recteur de l'Université de Moncton afin de lui manifester leur mécontentement et leur opposition à la hausse de scolarité.

Juillet : Nomination officielle de Normand Carrier au poste de vice-recteur du Centre Universitaire Saint-Louis-Maillet.
Septembre : La Galerie Colline est relocalisée dans l'enceinte de la chapelle. L'ouverture officielle est prévue en mars.

4 décembre : Réunion des gouverneurs de l'Université de Moncton au cours de laquelle on soumet de nouveaux programmes et projets. On recommande que Saint-Louis-Maillet offre la première année du baccalauréat en loisirs ainsi que tous les programmes de 1er cycle en éducation, à l'exception de la mention arts industriels.


1983

Septembre: Les inscriptions pour la prochaine année universitaire augmente de 18%.


1984

9 juin : Lors d'une réunion à Shippagan, le Conseil des gouverneurs décide d'aller de l'avant et d'offrir le baccalauréat en Sciences forestières. Ce baccalauréat de cinq ans sera offert à Saint-Louis-Maillet.

11 juin : L'Université de Moncton demande un avis légal à Me Adélard Savoie sur la légitimité de réétudier une proposition de la réunion tenue le 9 juin dernier et de reprendre le vote relié à l'attribution du baccalauréat au CUSLM. Une bataille acharnée s'amorce entre le Nord-Ouest et Moncton Pendant des années, la population, les groupes sociaux et la communauté universitaire lutteront ardemment pour maintenir la décision d'offrir le baccalauréat en Sciences forestières à Saint-Louis-Maillet.

Août : Le Conseil des gouverneurs se réunit pour prendre connaissance de l'avis juridique demandé à Me Adélard Savoie, ex-recteur de l'Université. Le député provincial, Jean-Maurice Simard, déplore la situation et demande au gouvernement d'intervenir. Un comité de cinq gouverneurs est alors formé afin de réétudier les axes de développement pour enfin rendre une décision le 22 septembre.

Septembre : Saint-Louis-Maillet connaît, pour la deuxième année consécutive, une forte hausse des inscriptions de l'ordre de 7,9%. De plus, les politiciens, les Anciens et Anciennes, les maires, le Conseil scolaire ainsi que les membres de Fraser Inc. et de la Commission industrielle font front commun afin d'apporter leur support à Saint-Louis-Maillet.

Novembre : La présentation du rapport Hardy devant déterminer le choix le plus judicieux pour le programme de Sciences forestières n'apporte pas de solution au problème.

1er novembre : Une délégation se rend à Ottawa pour chercher l'appui du ministre d'Etat aux Forêts, l'honorable Gérald Merrithew.

14 novembre : L'Association générale des étudiants du CUSLM se prononce en faveur des cinq années de foresterie à Edmundston.

8 décembre : La population du Madawaska se rend en délégation nombreuse à Moncton afin de montrer aux gouverneurs que le dossier du baccalauréat en sciences forestières est une question collective. Une foule de plus de 350 personnes se mobilise pour revendiquer. Le Conseil des gouverneurs vote à 13 contre 9 en faveur du campus d'Edmundston.



1985

Mars : A la suite de la crise de la foresterie, un mouvement se dessine à Edmundston pour tenter d'affilier le Centre Universitaire Saint-Louis-Maillet à l'Université du Nouveau-Brunswick ou à l'Université Laval.

30 avril : Le gouvernement fédéral annonce qu'il accepte de verser des crédits de l'ordre de 2,3 millions de dollars pour contribuer à l'établissement d'un Centre d'études forestières à Edmundston.

27 mai : Les anciens donnent leur appui à la piscine semi-olympique. Le Centre universitaire est prêt à céder des terrains pour cette construction.

Juillet : Annonce que la foresterie aura un statut d'École détachée, au même titre que les écoles de droit et de sciences infirmières, dès sa création.

Août : Début des travaux d'excavation du complexe de Sciences forestières.

29 août : Ouverture officielle au Centre Universitaire Saint-Louis-Maillet d'un Centre d'évaluation de la condition physique accrédité par l'Association canadienne des sciences du sport

9 septembre : Entrée en fonction du premier directeur de l'École de foresterie, Roland Lebel.


1986

Mars : Lancement de la campagne de souscription de la Galerie Colline.


1987

Janvier : Les étudiants de l'École de foresterie prennent possession de leurs nouveaux locaux.

11 février : Référendum à Saint-Louis-Maillet. Les étudiants du Centre universitaire se prononcent en faveur de l'adhésion de leur association à la Fédération canadienne des étudiants. Ils veulent ainsi se donner plus de pouvoir afin de lutter contre les coupures gouvernementales.

14 février : Ouverture officielle de l'École de foresterie.

Juillet : Normand Carrier est reporté au poste de vice-recteur du Centre universitaire, pour un deuxième mandat.

26 octobre : Lancement de la campagne de la Fondation Saint-Louis-Maillet, sous la présidence honoraire de Bertin Nadeau. L'objectif de la campagne est la création d'un fonds d'une valeur de 1 000 000$, qui sera recueilli pendant une durée de cinq ans. Les intérêts générés seront répartis en bourses d'étude et en projets pour les étudiants.

Octobre : L'École de foresterie reçoit une contribution fédérale de près de deux millions de dollars, échelonnée sur cinq ans. Cette somme servira à faire de la recherche appliquée pour le compte du Service canadien des forêts, le gouvernement provincial et l'industrie privée. Aussi, on annonce que les travaux pour la relocalisation de la Galerie Colline devraient débuter à la mi-décembre. On peut aussi voir un départ enthousiaste de la Fondation Saint-Louis-Maillet. Unigesco contribue 10 000$; l'Association des professeurs et des bibliothécaires, 64 751,70$ et les travaillants non-enseignants, 37 333$. Le Conseil étudiant de la résidence remet 17 000$ en plus de s'engager à verser, pendant les cinq prochaines années 500$ par année. De plus, l'Association générale des étudiants s'engage à remettre 100$ et les profits d'une soirée sociale à la Fondation. Enfin, la ville d'Edmundston promet de verser 2 500$ annuellement, pendant cinq ans alors que la municipalité de Verret s'emploie à donner 200$ pendant chacune des cinq prochaines années.


1988

Janvier : Annonce de l'obtention d'un projet du gouvernement du Canada, au montant de 56 425$, qui permettra la modification complète de la chapelle actuelle. Elle sera aménagée afin de faire place à une galerie d'art, des plateaux d'enseignement pour l'éducation physique, ainsi qu'un oratoire pouvant contenir jusqu'à 75 personnes.

1er juillet : La province cède le Musée du Madawaska au CUSLM.

Août : Saint-Louis-Maillet reçoit 73 700$ du gouvernement fédéral. Cet octroi servira à l'amélioration des infrastructures existantes.

16 septembre : Inauguration des nouveaux locaux de la Galerie Colline, relocalisée au Musée du Madawaska. Pour l'occasion, une exposition soulignant le 25e anniversaire de l'Université de Moncton est présentée.

12 décembre : Communiqué du Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton approuvant la participation de l'Université au projet du centre sportif mais sous certaines conditions.


1989

8 février : Inauguration du Centre Dieu.

31 mars : Annonce officielle de la construction du Centre sportif à Saint-Louis-Maillet. Les travaux du projet de 3,5 millions de dollars devront débuter d'ici peu.

15 avril : Soirée de reconnaissance en hommage à Marcel Sormany qui permet d'amasser 10 444$ pour la Fondation Saint-Louis-Maillet.

Décembre : Le Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton approuve la parité salariale pour les membres du corps professoral et les bibliothécaires, dans les constituantes d'Edmundston et de Shippagan, en comparaison avec celle de Moncton.


1990

10 mai : Signature d'une entente entre Fraser, l'Université et la province pour l'établissement d'une forêt expérimentale de 830 hectares.

Juin : Le Conseil des gouverneurs de l'Université de Moncton accepte de considérer la vente de terrains afin de défrayer les coûts d'un Centre étudiant.

15 juin : Inauguration officielle du Complexe sportif régional.

Octobre : Saint-Louis-Maillet reçoit d'Énergie Nouveau-Brunswick, une subvention de 120 000$ répartie sur trois ans. Cette somme servira à l'établissement d'un Centre de micro-ordinateurs.


1991

Février : Le Centre Universitaire Saint-Louis-Maillet et l'Université du Maine à Fort Kent procèdent à des échanges culturels.


1992

Septembre : Ouverture de la garderie Mont-Ste-Marie à Saint-Louis-Maillet.

Octobre : Ayant suspendu ses activités en 1988 pour laisser la voie libre à la Fondation Saint-Louis-Maillet, le Club 200 reprend ses activités et se consacre à des projets spéciaux, tels qu'ils seront proposés par l'administration du Centre universitaire. De plus, un transfert de l'ordre de 101 700 $ ira dans les fonds de la Fondation Saint-Louis-Maillet pour l'attribution de bourses aux étudiants.


1993

3 février : Construction du nouvel édifice "gonflé", la Méga-Bulle près du Complexe sportif.

Mai : L'École de formation infirmière a 20 ans. En tout, 562 étudiants et étudiantes ont reçu un diplôme. Le cours est donné sur une période de 100 semaines, réparti sur deux ans et demi.

Été : Modifications physiques du quatrième étage où on a aménagé trois nouveaux amphithéâtres (salles de cours) de cent places et plus. Le grand amphithéâtre du Pavillon des sciences a aussi subi une cure de rajeunissement tandis qu'une salle de jeux a été annexée à la garderie Mont-Ste-Marie. Une somme de 620 866 $ a été affectée à ces trois projets: un montant de 436 823 $ provient du gouvernement fédéral; 91 000 $ du gouvernement provincial et 93 043 $ sont fournis par le Centre.



1994

23 mars : Annonce officielle de l'implantation d'une université du troisième âge, dans la région du Nord-Ouest. Selon l'étude effectuée, 89% des personnes de 55 ans et plus sont en faveur de la création d'une telle université.

Été : La résidence étudiante est transformée en 57 studios et neuf chambres.

19 septembre : Les trois composantes de l'Université de Moncton sont en campagne financière. "Impact, la campagne des années 90" a comme objectif 10 millions de dollars. Il s'agit de la troisième du genre depuis la fondation, en 1963.


1995

25 janvier : Trois cent cinquante étudiants manifestent dans les rues de la ville pour démontrer leur opposition à la réforme Axworthy. Le Conseil municipal donne son appui aux étudiants.

10 juin : Lors de la réunion du Conseil des gouverneurs, l'Université de Moncton accepte la demande du gouvernement provincial de prendre en charge la formation en Sciences infirmières pour les Francophones du Nouveau-Brunswick et d'offrir un programme de quatre ans, soit un baccalauréat dans chacun de ses campus.

8 novembre : Annonce que la province du Nouveau-Brunswick mettra de l'avant le projet de Saint-Louis-Maillet, soit le Centre international pour le développement de l'Inforoute francophone.


Projet d'histoire de Saint-Louis-Maillet, 1998.